Rechercher
  • Glen

Notre nouvelle plantation ! (Partie 1)

Nous avons eu la chance que dans la partie nord des Terrasses du Larzac, qu’il fasse un peu plus frais par rapport au sud, surtout la nuit. Cela est dû à l'altitude plus élevée, mais aussi au fait que nous sommes plus proches des montagnes des Cévennes. Cela a un effet positif sur tous nos vins car les raisins ont une acidité plus élevée, ce qui signifie plus de structure, d'élégance et d'aptitude au vieillissement en blanc, rosé et rouge. En fait, nous pensons que notre petite vallée est particulièrement adaptée à la production de vins blancs…


Non seulement nous avons un climat adapté aux blancs de qualité, mais nous avons également accès à une gamme de variétés différentes, que nous pouvons utiliser pour donner de la complexité à un vin. Par exemple, bien qu'il ne puisse pas être utilisé dans les assemblages AOP du Languedoc, nous avons du Sauvignon blanc dans l'une de nos parcelles les plus fraîches, un joli clin d’oeil avec les antécédents néo-zélandais de Kirsten et Glen, où le Sauvignon blanc représente plus de 80 % de la production du pays. Ce cépage apporte un petit plus à certains de nos vins blancs IGP... :-)


Aussi, lorsque nous avons décidé que notre parcelle d'Alicante Bouschet avait dépassé sa date limite de consommation, nous avons immédiatement pensé à le remplacer par des cépages blancs ! Dans une série de blogs, nous allons décrire ce que nous faisons pour mener à bien le processus pluriannuel d'arrachage et de replantation d'une parcelle de vigne…


Tout d'abord, nous parcourons la parcelle pour rechercher les symptômes de maladies qui pourraient compromettre les nouvelles vignes après leur plantation. En France, par exemple, la Flavescence Dorée est une préoccupation majeure, car une fois que les vignes sont infectées, il n'y a aucun remède, et la maladie peut être rapidement propagée par les cicadelles.


L'étape suivante est très importante, elle consiste à décider des variétés à planter - basés sur sur nos expériences passées, nous avons opté pour le Chenin blanc et le Grenache blanc. Le choix de ce dernier n'a pas été difficile, car il s’adapte bien dans la région (c'est un composant majeur des blancs du Rhône voisins, par exemple, et de même, des quantités relativement faibles peuvent être mélangées au vin rouge Côtes du Rhône et des quantités plus importantes aux rosés) et apporte des caractéristiques fruitées comme le zeste d'agrumes et la poire mûre à la table.


Le Chenin blanc est un peu un choix étonnant pour le Languedoc - il est surtout connu comme l’un des cépage le plus important de la Loire, mais il s'est fait un nom dans d'autres pays comme l'Afrique du Sud. Nous pensons qu'il s'agit d'un bon complément grâce à ses notes fruitées de coing et de pomme fraîche, mais aussi parce qu'il a tendance à conserver une bonne dose d'acidité - ce qui, dans la perspective d'un avenir où les températures seront plus élevées en raison du changement climatique, sera une caractéristique souhaitable pour élaborer les meilleurs vins d'assemblage.


Une fois les variétés choisies, il reste à choisir le porte-greffe. Une analyse du sol a été effectuée, et les résultats étaient similaires à ceux obtenus dans une parcelle voisine l'année dernière - pH élevé, forte teneur en argile, et faible teneur en matière organique. Ce dernier point est en cours de résolution grâce à un changement dans la gestion du sol du vignoble (qui méritera peut-être un autre article de blog plus tard !), mais pour faire face au pH élevé et à l'argile, le choix d'un porte-greffe approprié est la meilleure option. Notre partenaire pépiniériste a recommandé le R110, qui tolère les sols à pH élevé et la sécheresse, en raison de sa prédilection pour un enracinement profond.


Une fois ces facteurs importants décidés, nous avons passé notre commande de vignes, qui doit être effectuée plus d'un an avant la date à laquelle vous souhaitez planter, ce qui donne au pépiniériste, le temps de collecter, greffer et préparer les vignes pour la plantation.


Ensuite, il faut informer le gouvernement que nous enlevons des vignes, et lui faire savoir qu'elles seront remplacées. Ce n'est qu'alors que l'on peut réellement passer à l'étape de l'arrachage des vignes dans le sol !


La première tâche de la journée était de récupérer le fil, les poteaux et autres matériels viticoles. Tout a été fait à la main, en coupant et en pliant le fil pour le récupérer plus tard, puis en retirant les poteaux avec un arrache-poteaux (voir photos ci-dessous). Une fois tout cela enlevé, on a fait appel à un entrepreneur pour arracher les vignes du sol afin qu'il soit plus facile de les retirer de la parcelle.


Cette opération a été réalisée à l'aide d'un grand tracteur tirant une lame qui coupe les vignes dans le sol et soulève le tout dans des barres rotatives qui brisent le sol et les racines. Nous avons ensuite chargé les vignes sur une remorque afin de s’en débarrasser, et maintenant nous travaillons le sol pour enlever autant de vieilles racines que possible et cultiver le sol pour le rendre lisse et aéré avant l'installation des nouvelles vignes.

Les prochains articles vous tiendront au courant de nos progrès dans ce nouveau développement passionnant !


Post puller ready for action!
L'arrache-pieux est pret!

Vines being ripped up by a large tractor
Arrachage

Tossing the vines into the trailer - hard work!!
Jeter des souches dans la remorque : travail difficile!

6 vues0 commentaire